14 mars 2013

Une archive perso sur les débuts de Musso - juin 2006

Musso, peut-être

 

Avec Sauve- moi, Guillaume Musso signe son deuxième roman. Son best seller Et après avait su conquérir un large public, surfant sur la vague du surnaturel. Sauve-moi s’inscrit dans le même registre. Un remplaçant pour Marc Lévy ? Pour ma part, il y a encore du chemin à faire.

Musso affectionne les émissaires célestes. Dans Et après, alors que le personnage central pense que cet envoyé du ciel est venu lui annoncer sa propre mort, ce dernier est en fait venu lui transmettre le flambeau de cette lourde tâche qu’est d’accompagner les derniers jours des mourants. Ce dénouement de l’intrigue était assez prévisible, mais Musso avait toutefois ajouté un petit quelque chose, une pointe d’inattendu qui m’a poussé à lui laisser une seconde chance avec Sauve-moi.

La quatrième de couverture était alléchante : un passion de quelques jours, un accident d’avion, qui sera le plus fort ? Mais ce qui devait être une histoire d’amour au delà des frontières du réel, devient une sorte de melting pot : un soupçon de Destination Finale (pour ceux qui ne connaisse pas ce « chef d’œuvre cinématographique », le concept se résume en une phrase : quand l’heure est venue, on n’échappe pas à la mort …ou alors il faut courir vite), toujours un émissaire céleste qui finalement n’a pas la mission qu’on croyait, le tout sur un fond d’affaire criminelle non résolue. C’est ainsi qu’on fait disparaître les deux protagonistes dont la relation aurait suffit à la trame de l’histoire dans un imbroglio de détails, et d’intrigues secondaires qui donne une impression de bâclé.

Peut-être suis-je un peu sévère, mais quand on écrit sur un thème en vogue, il faut essayer de sortir du lot !! Musso est loin d’être le pire, mais ce n’est certainement pas le meilleur.

Posté par Plume_d_ange à 16:05 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :


Commentaires sur Une archive perso sur les débuts de Musso - juin 2006

Nouveau commentaire